Assemblée Générale Régionale 2016
Assemblée Générale Régionale 2016
Amicale Nationale des Retraités de l'Audiovisuel
Amicale Nationale des Retraitésde l'Audiovisuel

Mardi 6 novembre :  PORTO – REGUA

VISITE DE PORTO

A 8h30, départ en bus pour la visite du quartier de Ribeira, s’étageant sur la rive droite du fleuve, cœur historique de la ville classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Franchissant le pont Do Infante, nous découvrons le célèbre pont Dom Luis I œuvre de Théophile Seyrig, un architecte allemand, disciple de Gustave Eiffel. Son tablier supérieur est aujourd’hui réservé aux piétons et au métro, les voitures empruntant le tablier inférieur avec d’étroits passages pour piétons. Achevé en 1886, il détenait alors le record de la plus grande travée en fer du monde avec 172 m.

Le Jardim Do Infante Dom Henrique doit son nom à la statue dressée en son centre sur un haut piédestal. Elle représente le prince Henri le Navigateur (1394-1460) qui est souvent considéré comme la figure la plus importante du début de l’expansion coloniale européenne. Néanmoins son titre de « navigateur » est purement honorifique car il n’a jamais vraiment navigué lui-même et n’a donc fait aucune découverte, son rôle s’étant limité uniquement au mécénat.

Dressé sur le côté de la place, le Palacio da Bolsa est un imposant édifice néoclassique, bâti entre 1842 et 1910. 

La vaste cour des Nations est éclairée par une verrière octogonale. Les murs portent les armoiries du Portugal et celles des pays avec lesquels il commerçait et les mosaïques au sol sont inspirées de celles de Pompéi.

Le majestueux escalier en granit et marbre est orné d’une paire de lustres en bronze, de bustes et de fresques au plafond.

La grande salle du Tribunal est décorée de boiseries et de fresque dans le style néo-Renaissance français.

Le spectaculaire salon arabe, inspiré de celui de l’Alhambra de Grenade, est le joyau du palais avec son riche décor mauresque de stuc, recouvert de quelque 20 kg d’or, ses arabesques sur fond de mur polychrome, ses fines colonnes élancées s’élevant jusqu’aux arcs outrepassés et aux vitraux. 

Jouxtant le palais, l’austère façade gothique de l’Igreja de Sào Francisco ne laisse pas deviner la magnificence de son intérieur baroque. Fleurs, feuilles, coquillages, volutes, torsades, anges, ornent à profusion chœur, voûte et colonnes. On ne peut manquer d’admirer l’arbre de Jessé, somptueux retable polychrome illustrant la généalogie du Christ.  

Cruz, Sandeman, Kopke, Càlem, Croft, les grands chais des maisons de porto sont alignés sur l’autre rive du fleuve à Vila Nova de Gaia. Ferreira, fabrique familiale a été fondée en 1751 par Antonia Adelaïde Ferreira, une femme dotée d’une forte personnalité qui fit prospérer l’entreprise dont l’emblème est l’émeu signifiant sa volonté de toujours se projeter dans le futur. Le fer à cheval que l’animal tient dans son bec symbolise la chance.

NAVIGATION SUR LE DOURO JUSQU’A RÉGUA

En fin de matinée, retour à bord et après-midi de navigation avec passage du barrage de Carrapatelo. Premier barrage construit sur le Douro entre 1965 et 1972, large de 57 m et long de 400 m, il comporte une usine hydroélectrique et une passe à poissons sur la rive gauche. Sur la rive droite, l’écluse navigable, longue de 90 m, présente une dénivellation de 36 m, la plus haute d’Europe.

Notre bateau poursuit sa navigation jusqu’à Peso da Régua ou Régua. La bourgade de 17000 habitants, nichée dans une vallée entourée de collines couvertes de vignes, a joué un rôle prépondérant dans la production et la commercialisation du vin de Porto. 

C’est de Régua que les barriques de vin étaient transportées autrefois jusqu’à Vila Nova de Gaia par les « barco rabelo », embarcations à fond plat à haute voile carrée sans quille, longues de 19 à 23 m et larges de 4,5 m, manœuvrées par six à sept hommes. Aujourd’hui remplacées par le train, elles ne servent plus qu’à promener les touristes.